Et si nos pensées influaient sur notre rapport aux autres...?

Je vous propose ici un instant de réflexion sur la manière dont nos pensées peuvent influer sur notre vie quotidienne et sur notre rapport aux autres.



Et si nos pensées influaient sur notre rapport aux autres ?
Réflexion sur notre rapport aux autres


Il nous faut d'abord être attentif à la pensée, savoir si "nous" faisons partie de son contenu; contenu qui fait réagir ce "je" dans le sens de la satisfaction ou de l'insatisfaction, dans le sens du plaisir ou de la douleur. Ce "moi" peut aussi se sentir valorisé ou dévalorisé au sein de cette pensée qui elle-même est une réaction à un défi, à une provocation extérieure ou provenant d'une autre pensée personnelle.

Nous avons une multitude de "moi" ou de "je" qui se renouvellent constamment à chaque situation différente ou selon nos contacts relationnels ou selon nos propres idées.


Nous pourrions nous poser la question du "moi" dans l'évocation des être chers qui provoquent des sentiment affectifs d'attendrissement de toutes sortes ?

Des émotions bonnes? Comment dois-je appréhender cela ? Nous devons, je pense, nous méfier de notre imagination les concernant, qui va susciter de la sensiblerie, et que l'on peut assimiler à de l'égocentrisme. Egocentrisme qui est en fait un état de peur, qui va fausser toute action qui pourra en découler.

Peut-être devons-nous en rester à ce seul sentiment d'affection, qui sera lui-même agissant, adéquatement, au moment opportun.


Si nous regardons de près, nous nous apercevons que sans arrêt, nous nous posons mille et une questions, sans nous rendre compte qu'elles sont presque toutes issues de nos peurs illusoires, donc inutiles, appartenant au domaine psychologique.

Seule la lucidité nous permet de les éviter, remplacées par l'état de "non-savoir", de "non-vouloir savoir".

Savoir lâcher dans la tête est la source de la relaxation totale, un repos complet pour le cerveau qui pourra ensuite reconsidérer toute situation de manière neuve.


Amour, empathie, sympathie, affection, tendresse, etc... qu'est-ce ? Une sensation ? Un sentiment ? Une émotion ? Cela découle-t-il de l'intelligence (selon le sens que nous donnons à ce mot) ?




Je remercie mon maître de yoga Guy Deloche pour toutes ces réflexions intérieures, déterminantes pour une vie sereine.


6 vues0 commentaire